>Accueil

Cahier des IFRE

Les espaces de la citoyenneté

Couverture du Cahier des IFRE - n°5

Le cinquième numéro du Cahier des IFRE porte sur l’exercice de la citoyenneté dans un espace public en mutation et illustre bien la qualité et l’intérêt d’analyses réalisées au plus près des acteurs du monde contemporain.

L'Irasec a participé à ce numéro avec l'article d'Abigaël PESSES, « Internet et sociétés civiles en Asie du Sud-Est », initialement paru dans Asie du Sud-Est 2018 - bilan, enjeux et perspectives.

 

Aujourd’hui comme au XIXème siècle, la citoyenneté s’exprime d’abord dans l’espace physique, celui des villes prioritairement, mais en prenant des formes plus variées. Les mouvements sociaux, contestataires ou révolutionnaires du XXIème siècle défilent dans les rues mais occupent également des places symboliques. Nuit debout à Paris, mouvement des parapluies à Hong Kong, Occupy Wall Street à New York, mouvement de la place Taksim à Istanbul…. Et l’objectif n’est plus seulement de protester par sa présence visible dans l’espace public : les citoyens y échangent des idées, parlent, dans un espace public (re) devenu agora.

Ces échanges se poursuivent, souvent en direct, sur un autre espace public émergent et facilement accessible : Internet. Forums de discussion en ligne ou réseaux sociaux : les citoyens parlent au monde et le prennent à témoin. Leurs messages passent les frontières. Est-ce l’apparition d’un espace public mondialisé et ouvert, où s’exprimerait une opinion publique mondiale, et pour lequel une gouvernance démocratique commune serait à bâtir ? Ou bien au contraire un moyen pour les gouvernants de contrôler davantage leurs populations, voire de piéger les opposants, le nouvel espace public devenant un risque pour l’exercice de la citoyenneté ?

Les articles sélectionnés dans ce Cahier abordent trois aspects principaux de la question en les illustrant par trois projets menés sur le terrain (étude de manuels scolaires, réalisation d’un guide et d’un documentaire, enquête ethnographique). Une première partie s’intéresse à l’adaptation de la citoyenneté à l’évolution de l’espace public : expression en ligne, médiatisation, recours aux experts internationaux pour légitimer le message… et c’est au tour des gouvernements de s’adapter à ces nouvelles pratiques, quitte à se réinventer. Certains régimes autoritaires ont ainsi compris Internet comme un moyen de renforcer strictement la censure. Le choix de la France est au contraire celui de saisir l’opportunité pour développer et promouvoir une nouvelle forme de démocratie participative. Les espaces de la citoyenneté, ce sont aussi bien entendu les rues, les places, les jardins, qui forment les villes. L’accès à l’espace extérieur est d’ailleurs un droit fondamental, défendu par la France et protégé par la Déclaration universelle des droits de l’Homme : « toute personne a le droit de circuler librement ». Mais il n’est pas acquis pour tous. Bien au contraire, les discriminations liées au sexe, à l’âge, ou aux inégalités sociales, persistent, voire se durcissent. C’est le deuxième aspect traité dans ce Cahier, qui pousse les UMIFRE à s’interroger, dans une troisième partie, sur l’impact des politiques urbaines sur les sociétés des villes.